Ne surtout pas hésiter à diffuser pour que tout le monde sache ce que fait cette mafia....

COMMUNIQUE DE PRESSE
Des porcelets victimes d’une manifestation d’éleveurs

A l’appel de la Fédération Nationale Porcine (FNP), des éleveurs de porcs
de la Marne se sont rendus aux pieds de la tour Eiffel, le 22 décembre
2009, afin de protester contre les cours de la viande porcine et
affirmer qu’ils produisaient à perte. A cette occasion, une douzaine de
petits porcelets a été lâchée sur le champ de Mars. Si cette idée a pu
faire sourire les quelques touristes et journalistes présents, elle a
suscité la consternation des associations de protection animale.

Car si les éleveurs sont bien rentrés chez eux au chaud à l’issue de la
manifestation, les porcelets sont restés sur place ! Ce sont les
services de la Préfecture de police de Paris qui les ont trouvés
tremblants dans un chariot de supermarché puis les ont conduits à la
fourrière de Gennevilliers.

Non identifiés, ces porcelets devaient être euthanasiés. Mais la
mobilisation des employés de la fourrière et des associations de
protection animale a permis de leur trouver des structures d’accueil
(refuges, fermes pédagogiques). Comment des professionnels peuvent-ils
se comporter ainsi avec leurs animaux, sachant que ni la FNP, ni les
éleveurs de la Marne ne se sont inquiétés du sort qui serait réservé
aux porcelets abandonnés sur la voie publique, dans le froid vif, la
veille de Noël ?

Frédéric Freund, Directeur de l’OABA, se dit scandalisé par de telles méthodes : « Serait-il nécessaire de rappeler aux éleveurs que les animaux ne sont pas du fumier que l’on abandonne sur la voie publique, aux portes des préfectures ? »


Pour Christophe Marie, directeur du bureau de la protection animale à la Fondation Brigitte Bardot, « ces
comportements démontrent que le bien-être animal n’est pas une priorité
pour un grand nombre d’éleveurs. Pour preuve, leur récente tentative de voir repoussée l’échéance européenne du 1er janvier 2013 interdisant les stalles individuelles pour les truies gestantes ».


Pour l’heure, les deux associations entendent dénoncer ces « lâchers
d’animaux » qui donnent une image déplorable de la profession
d’éleveurs. Elles viennent de décider de saisir le procureur de la
République près le TGI de Paris d’une plainte pour abandon d’animaux
sur la voie publique, un délit passible de 2 ans d’emprisonnement et
30 000 euros d’amende.

Seul point positif dans cette lamentable histoire, les porcelets lâchement
abandonnés sont désormais sauvés et pris en charge par la Fondation
Brigitte Bardot et la SPA afin de finir leur vie en liberté.


Frédéric FREUND
Directeur de l'OABA

Voir le profil de l'utilisateur
Bon, je me fais mes petits commentaires...;Comment s'étonner d'un tel comportement de la part des éleveurs?? Un cochon n'est pas un cochon, mais un porc (terme approprié pour bien marquer l'aspect mercantile). Ensuite, un porc n'est considéré que comme prix au Kg....alors, ils s'en cognent complètement que le bébé cochon ait froid, vous pensez bien !!!! Ca me fait penser à une ferme Bio, bien connue dans le coin, où je suis allée pour acheter des fruits et légumes avec mes enfants. Il y avait bien sür des cochons, dont des petits bb avec leurs mamans. J'ai demandé à l'agriculteur s'il les castraient. Bien sûr, m'a t-il répondu. Et comment? ai-je demandé? A vif? Ben, oui, m'a t-il dit, tout étonné de la question et de mon air peu avenant. Genre : quel est le problème? J'avais envie de lui dire : tu le verrais le problème, pépére, si on prenait un rasoir pour te les couper... Mad

Voir le profil de l'utilisateur
C'est pire que désolant là... irresponsable et lâche sont les mots qui me viennent à l'esprit ! Pffff... Mad

Voir le profil de l'utilisateur
Cela me rapelle nos vacances. En effet nous avions remarqué qu'il y avait un marché bio à la ferme non loin du village où nous étions.
Nous étions tous contents de nous y rendre et ce fut une prise de conscience sans précédent : pour un étal de légumes, un étal de pains et un autre de confiture, la majorité étaient composés de cadavre d'animaux "bio" mais morts, viande d'autruche bio, oeufs bio, poulets rôtis bio, confits de canards bio, rillettes, terrines de lapins bios, savons au lait d'ânesse... Un vrai massacre... Les gens, certains avec des enfants, étaient tout à fait sereins au milieu de cette exposition macabre avec une conscience toute propre d'avoir bien fait pour leur petite santé. Tristesse, désespoir pour nous et nos enfants... Plus jamais nous ne retournerons dans un endroit pareil!!!!!

Tout le monde s'offusque
Frédéric Freund, Directeur de l’OABA, se dit scandalisé par de telles méthodes : « Serait-il nécessaire de rappeler aux éleveurs que les animaux ne sont pas du fumier que l’on abandonne sur la voie publique, aux portes des préfectures ? »
de voir ces animaux abandonnés ? mais certainement pas d'être conduits aux abattoirs et d'être engloutis par des humains alors que des alternatives existent.

Dans cette histoires je trouve que seuls les éleveurs sont honnêtes car ils ne se cachent pas de considérer les animaux comme de la marchandise qui doit être avant tout rentable.
Les personnes qui s'indignent de tels comportements, du bien être sont les plus coupables, elles montrent du doigt mais se sont elles qui contribuent à la marchandisation des animaux et à leur mise à mort en achetant leur chair morte aux vilains éleveurs qui ne sont pas gentils avec les animaux. Des éleveurs gentils ça n'existe pas, s'ils aimeraient les animaux, déjà ils ne les élèveraient pas, ensuite ils ne les mèneraient pas aux abbattoirs. Quand on aime on ne tue pas...
Si vraiment, ces personnes étaient honnêtes, elles arrêteraient d'être complices en devenant veganes, seul moyen d'éviter l'exploitation des animaux.

Voici le point de vue de parents vegans :