L.E.S.T Association - Forum

L.E.S.T, Luttons Ensemble pour la Sauvegarde de la Terre.


Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

Lait, mensonge et propagande : la vérité qui dérange

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas  Message [Page 1 sur 1]

Entrevue de Thierry Souccar sur France Inter, le 06.04.2007, pour son livre "Lait, mensonges et propagande"
Partie 1
Partie 2

Souffrez-vous de ballonnement, de flatulence, de selles plus ou moins molles voire de diarrhée chronique et variable, de petites douleurs intestinales continuelles (avez-vous les intestins sensibles au toucher, ont-ils tendance à avoir des micro-crampes) ? Vous sentez-vous fatigué, le ventre lourd, et éprouvez-vous le besoin de vous allonger "pour faire passer", chaque fois que vous consommez du lait (notamment avec des céréales de type corn flake par exemple) ? Alors un conseil : cessez de consommer du lait. Tous ces symptômes pourraient bien disparaître au bout de 1, 2, 3 mois, ou davantage si vous consommez du lait depuis des décennies. Voici pourquoi ; pourquoi il faudra également cesser de consommer les laitages, même si le yaourt nature et les fromages sont plus digestes :

NotMilk (an anglais)

http://www.notmilk.com/

Substituts au lait de vache : les "laits" végétaux

http://laitagesvegetaux.blogspirit.com/

Le lait tue et contribue à l'exploitation des animaux

Vaches laitières : le martyre des mères non-humaines
Le lait de vache, parfait pour...le veau !
L’impérialisme de l’industrie laitière
Vaches et monstruosités de l’industrie laitière - The Guardian
Lobby laitier


_________________
=>http://www.lestasso.fr
=>http://lest.forums-actifs.com

Ne rien faire c'est laisser faire !
L'inaction est une trahison !
Voir le profil de l'utilisateur http://www.lestasso.fr
Waow ! Entrevue fichtrement intéressante que je compte bien diffuser un max !
Le lobby laitier est puissant, nous nous devons de le contrer et d'informer les gens : le lait, c'est le MAL ! Evil or Very Mad Pour les vaches, les veaux ET l'être humain, nous nous devons d'arrêter d'en consommer !

Je n'avais jamais entendu parler de ce livre... quelques recherches sur le net s'imposent scratch

J'en profite pour vous filer le lien de ce site : La Vache qui Pleure. Peut-être connaissez-vous déjà, mais au cas où... Wink

Au plaisir Very Happy

Voir le profil de l'utilisateur
Mes parents avaient achetés ce bouquin au même moment qu'on est devenus végans et l'autre jour je l'ai retrouvé et j'en ai profité pour le feuilleter, j'ai particulièrement aimé la discussion avec la maitresse et les eleves à propos des veaux et de la vache... malheureusement c'est très utopique que ce soit expliqué ainsi aux enfants !

Je vais le relire ce bouquin. Ca me donnera + d'arguments face aux sceptiques Smile

Voir le profil de l'utilisateur http://animaux-et-loisirs-creatifs.over-blog.fr
C’est quoi cette bouteille de lait ?


Dans le lait de vache il y a tout ce qu’il y a de noté sur la bouteille, eau, lactose, matières grasses, protéines, sels minéraux et aussi tout ce qu’il n’y a pas de noté sur la bouteille.
Enzymes, pesticides, produits pharmaceutiques, antibiotiques, hormones (oestrogènes, prolactine, progestérone, corticostéroïdes, prostaglandines…) Nitrates et nitrosamines, métaux (arsenic, plomb, mercure cadmium…) polychlorobiphényles (PCB)…

[1] Enzymes

Une soixantaine d'enzymes ont été répertoriées dans le lait, mais leur rôle n'est pas toujours clairement établi. Certaines de ces enzymes n'existent d'ailleurs pas (ou à peine) dans le lait humain, comme la lactoperoxydase, la xanthine oxydase ou la ribonucléase.
Certaines sont des facteurs de dégradation (utiles ou nuisibles), comme les protéases qui facilitent l'hydrolyse de la caséine et les lipases, facteurs de rancissement. D'autres possèdent une activité bactéricide ou bactériostatique. La lactoperoxydase, l'enzyme la plus abondante du lait de vache, agit contre les bactéries en présence de H2O2 et de thiocyanate (SCN-) lorsque ces substances sont présentes en concentrations suffisantes. Ce système protège aussi les muqueuses de l'animal contre les radicaux libres. Les taux de thiocyanate du lait de vache semblent sans danger pour la fonction thyroïdienne.
La xanthine oxydase contribue comme la lactoperoxydase, au rancissement du lait. Enfin, la quantité de certaines enzymes du lait (catalane) constitue un indicateur de son niveau d'hygiène. Ce taux, qui dépend du nombre de bactéries (contamination), est élevé dans le colostrum et augmente en cas de mammite.
.
Hormones
.
Le lait de vache contient des hormones dont l'activité biologique est connue, mais dont le rôle est beaucoup moins certain. Il semble que la plupart de ces hormones soient détruites dans le tube digestif, du moins chez l'homme.
Les taux des oestrogènes (de 60 à 200 ng/litre) et de la prolactine (environ 50 µg/litre) diminuent au fur et à mesure que la lactation progresse. La progestérone (environ 13 µg/litre) existe en proportion directe avec le taux de lipides; elle est pratiquement absente du lait écrémé
(inf à 2 µg/litre) et lorsqu'on l'y trouve en quantité supérieure à 6 µg/litre, une nouvelle gestation doit être suspectée. On trouve également des corticostéroïdes dans le lait (de 8 à 18 µg/litre) et diverses prostaglandines, ainsi que de la somatotropine, des gonadotropines, de la thyrotropine et des polyamines (Sanguansermsri, Gyorgi et Zilliken, 1974). L'activité biologique sur l'homme des hormones naturelles du lait de vache est considérée comme nulle. Certaines hormones de synthèse, administrées à l'animal pour augmenter la production lactée se retrouvent dans les laits. Cette pratique est donc à proscrire et souvent interdite.

Substances indésirables

La mamelle est un émonctoire et le lait peut contenir des substances ingérées ou inhalées par l'animal, sous la forme soit du constituant original, soit de composés dérivés métabolisés. Les substances étrangères peuvent provenir des aliments (engrais et produits phytosanitaires), de l'environnement (pesticides), de traitements prescrits à l'animal (produits pharmaceutiques, antibiotiques, hormones) (Mahieu et a/., 1977).
Ces contaminations posent des problèmes particuliers, parce qu'il est souvent difficile d'en apprécier les conséquences à long terme sur la santé (Mueller et Schroeder, 1978). Les mesures de prévention restent la pratique la plus logique et la plus efficace, que l'anxiété des médecins ou du public soit justifiée ou non.

Pesticides.

Ces produits sont destinés à détruire les insectes qui attaquent le bétail, les cultures et les récoltes. Tous présentent un degré de toxicité pour l'homme; seulement se retrouvent dans le lait quand la vache les a consommés.
Les phosphates (très toxiques) sont ainsi très rapidement métabolisés, les organophosphorés sont très peu rémanents et les organochlorés (stables et lipophiles) sont éliminés à concurrence de 30 à 40 pour cent dans le lait. Même le chauffage du lait ne les détruit pas (DDT et son métabolite essentiel, le DDE) (Renterghem, 1976; Renterghem, Moennans et Brack, 1 979).
.
Antibiotiques.
.
Leur usage chez l'animal en fait des constituants sporadiques du lait, et donc une source de sélection de souches résistantes et d'accidents allergiques pour le consommateur.
.
Nitrates et nitrosamines.
.
La fabrication de certains produits laitiers s'accompagne d'une addition de nitrate de potassium ou de sodium dans le lait à cailler. Ceux-ci s'accumulent surtout dans le lactosérum. De fait, on peut trouver dans les produits secs, des nitrates en concentrations très élevées.
Les nitrates peuvent former des liaisons avec divers composants du lait. Les nitrites qui découlent de la conversion des nitrates peuvent former des nitrosamines, dont certaines sont cancérigènes.
.
Métaux.
.
A leur propos, il convient de distinguer entre la découverte d'un antagoniste naturellement présent dans le lait et une contamination par cette même substance en quantités inutiles, voire dangereuses. Par exemple, on accepte dans les crustacés un taux d'arsenic de 50 ppm, mais on s'inquiète d'en trouver plus de 0,05 ppm dans du lait.
Parmi les métaux susceptibles de contaminer le lait à des taux inquiétants pour la santé, on peut citer le sélénium, l'arsenic, le plomb, le mercure et le cadmium.
.
Polychloroterphényles.
.
Certains produits chimiques, comme les phtalates, les esters de l'acide sébacique et certains polychlorobiphényles (PCB), présentent un degré certain de toxicité pour l'homme, d'autant plus que ces substances sont stables dans l'organisme où elles s'accumulent dans le tissu adipeux. ( Murata, Zabik et Zabik, 1977; Luquet et al., 1979).


[1] source : FAO (Food and Agriculture Organization of the United Nations)

http://www.fao.org/docrep/T4280F/T4280F06.htmhttp://coalition-abolitionniste.blogspot.com/

Le lait de vache c'est aussi le martyre des mères non-humaines
Il y a autant de souffrances et de morts dans un verre de lait, une crème glacée ou un oeuf que dans un steak.

Aujourd’hui. Il est facile de devenir végan. Et c’est le bon choix à faire.

Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé


Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut  Message [Page 1 sur 1]

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum