L.E.S.T Association - Forum

L.E.S.T, Luttons Ensemble pour la Sauvegarde de la Terre.


Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

Non aux chasseurs dans les écoles !

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas  Message [Page 1 sur 1]

1 Non aux chasseurs dans les écoles ! le Mar 23 Mar - 21:59

Un partenariat signé le 4 mars entre Luc Chatel, Jean-Louis Borloo et la Fédération nationale de la chasse permet aux amateurs d’armes d’entrer dans les écoles pour donner des leçons de « développement durable » aux enfants. L’ASPAS et de nombreux enseignants réclament l’arrêt immédiat de ces opérations illégales, immorales et inutiles. C’est ça, le Grenelle de l’Environnement ?

La propagande du lobby des chasseurs dans les écoles s’est officialisée il y a vingt ans avec les états Généraux de la chasse en 1990, puis en 1993 avec le colloque « Animations en milieu scolaire »*. Depuis cette époque l’ASPAS, soutenue par de nombreux enseignants, n’a eu de cesse de freiner ces grandes ambitions, et au fil des années ces opérations s’étaient essoufflées. Mais le 13 et le 14 octobre, deux articles de journaux ont remis le feu aux poudres. Dans l’un, une animatrice embauchée par une fédération des chasseurs a cherché à convaincre qu’il est « utile de tirer sur les animaux ; l’autre décrit un cours de SVT particulier : « montrer la chasse et en donner le goût à des enfants ».
Une cinquantaine d’associations, dont l’ASPAS, co-signe alors une lettre ouverte adressée au ministre de l’éducation Nationale Luc Chatel : « Stop aux interventions des chasseurs en milieu scolaire ! ». On connaît la suite.

Les chasseurs n’ont aucune légitimité pédagogique. Leur passion de la chasse et leur concurrence avec les prédateurs naturels leur donne une vision déformée de la faune, qu’ils partagent entre « nuisibles » et « gibier ». Les chasseurs ne sont pas des biologistes et n’ont pas de compétence pour décrire un écosystème dans sa globalité. Leur opposition aux mesures de protection de la biodiversité, leur opposition aux ours et aux loups, leur absence dans les combats pour la défense des animaux sauvages, leurs contentieux quasi quotidiens contre les protecteurs ne rend pas leur discours « écologique » crédible.

L’ASPAS en action :

- dénonce le prosélytisme des chasseurs et en informe l'opinion publique à travers des communiqués de presse et le magazine Goupil.
- réclame l'arrêt immédiat de ces opérations illégales, immorales et inutiles.
- crée un collectif "NON aux chasseurs dans les écoles !" afin d'interpeller les médias et les institutions (communes, départements, régions, ministère …) susceptibles de relayer cette propagande, qu’un grand nombre d’enseignants et de citoyens français ne souhaitent pas que leurs élèves ou leurs enfants soient instrumentalisés au profit d’un lobby.

Agissez !

Voir le profil de l'utilisateur
Communiqué de presse : Le 16 mars 2010


Prosélytisme du lobby chasse envers les enfants

Borloo et Chatel envoient les chasseurs
dans les écoles !


Un partenariat signé le 4 mars entre Luc Chatel, Jean-Louis Borloo et la Fédération nationale de la chasse permet aux amateurs d’armes d’entrer dans les écoles pour donner des leçons de « développement durable » aux enfants. L’ASPAS et de nombreux enseignants réclament l’arrêt immédiat de ces opérations illégales, immorales et inutiles. C’est ça, le Grenelle de l’Environnement ?

Chaque jour, les élèves du collège d’Agnetz, dans l’Oise, voient ces affiches mensongères situées à quelques centaines de mètres de leur établissement. Non, la chasse n’est un atout ni pour l’écologie ni pour l’éducation. En fait, il s’agit pour les chasseurs de faire la promotion d’une prétendument nécessaire « gestion de la nature » (entendez : la chasse, bien sûr) pour racoler de nouvelles recrues. Pourtant, le prosélytisme est illégal.

La propagande du lobby des chasseurs dans les écoles s’est officialisée il y a vingt ans avec les états Généraux de la chasse en 1990, puis en 1993 avec le colloque « Animations en milieu scolaire »*. Depuis cette époque l’ASPAS, soutenue par de nombreux enseignants, n’a eu de cesse de freiner ces grandes ambitions, et au fil des années ces opérations s’étaient essoufflées. Mais le 13 et le 14 octobre, deux articles de journaux ont remis le feu aux poudres. Dans l’un, une animatrice embauchée par une fédération des chasseurs a cherché à convaincre qu’il est « utile de tirer sur les animaux ; l’autre décrit un cours de SVT particulier : « montrer la chasse et en donner le goût à des enfants ». Une cinquantaine d’associations, dont l’ASPAS, co-signe alors une lettre ouverte adressée au ministre de l’éducation Nationale Luc Chatel : « Stop aux interventions des chasseurs en milieu scolaire ! ». On connaît la suite.

Les chasseurs n’ont aucune légitimité pédagogique. Leur passion de la chasse et leur concurrence avec les prédateurs naturels leur donne une vision déformée de la faune, qu’ils partagent entre « nuisibles » et « gibier ». Les chasseurs ne sont pas des biologistes et n’ont pas de compétence pour décrire un écosystème dans sa globalité. Leur opposition aux mesures de protection de la biodiversité, leur opposition aux ours et aux loups, leur absence dans les combats pour la défense des animaux sauvages, leurs contentieux quasi quotidiens contre les protecteurs ne rend pas leur discours « écologique » crédible.

Les chasseurs à l’école ?
Oui, mais en tant qu’élèves !

Contact presse : Marc Giraud
Vice-Président de l’ASPAS
tél. 06 07 74 99 05


* Pour l’historique de la propagande des chasseurs en milieu scolaire, voir l’article « Les enfants pour cible » dans le magazine Goupil n°100, disponible sur demande par courrier ou par mail auprès de Céline Segura, tél. 04 75 25 10 00 ou par mail accueil@aspas-nature.org


Association pour la Protection des Animaux Sauvages - www.aspas-nature.org
Membre du Bureau Européen de l’Environnement - Bruxelles
B.P. 505 - 26401 CREST Cedex - France Tel. 04 75 25 10 00 - Fax. 04 75 76 77 58 - info@aspas-nature.org
Association reconnue d’utilité publique par arrêté préfectoral du 11 décembre 2008 (JORF n°0067 du 20/03/09)
Association 100% indépendante"


_________________
=>http://www.lestasso.fr
=>http://lest.forums-actifs.com

Ne rien faire c'est laisser faire !
L'inaction est une trahison !
Voir le profil de l'utilisateur http://www.lestasso.fr
Ah ça, pour le foutage de gueule ils sont forts!

Je pense que cette petite vidéo, sûrement déjà connue pour beaucoup (mais ça fait pas de mal de la revoir), n'est pas forcément très loin de la réalité...


A lire aussi : http://www.yves-paccalet.fr/blog/categories/chasse/

Une petite anecdote qui m'est arrivée en tant que berger en novembre dernier : un dimanche matin au lever du jour, gros lâcher de faisans aux environs d'Aigues-Mortes, dans le Gard : tous les chasseurs du département sont invités (ça grouillait littéralement). Un petit groupe visite l'enclos où sont parquées les brebis pour la nuit, ils ressortent en omettant de rattacher correctement la porte (rien d'exceptionnel d'après l'éleveuse). Une brebis apprivoisée, intriguée par ces inconnus, tente de les suivre, elle porte une sonnaille et entraine derrière elle tout le troupeau, les chasseurs tentent de leur faire faire demi-tour, mais c'est peine perdue, la porte donnait sur une luzerne. Les brebis folles de gourmandise et excitées par les cris et les gestes des chasseurs s'engouffrent dans la minuscule ouverture et écrasent complétement la haie qui la prolonge.
Bilan : une agnelle morte écrasée dans la mêlée, d'innombrables plaies et griffures, en particulier aux mamelles, et un champ de luzerne piétinée.

Les chasseurs rejettent en bloc toute responsabilité : "ça s'est passé la nuit, nous n'étions pas encore là", diront-ils au commissaire...



Toute l'après-midi suivante n'a été que rafales de coups de feu, cris et aboiements, le troupeau n'avait jamais été aussi stressé ; j'avais révêti un gilet fluo, mais cela ne suffisait pas à me rassurer car dans ce paysage de bocage camarguais, n'importe qu'elle haie pouvait masquer un fou de la gachette... ou plutôt me masquer à ses yeux.

Le lendemain, tous ces amoureux de la nature ayant quitté les lieux, il ne restait derrière eux que quelques tas de plumes, de joyeux champs de douilles multicolores, et surtout un faisant rescapé, que j'ai pu approcher et attraper, à mains nues et sans violence, sans qu'il ne m'oppose la moindre résistance.
Je vais encore choquer, mais nous l'avons mangé. Déjà parce que ce n'est pas rendre service à la nature que de laisser en liberté un faisan d'élevage, et surtout -mais je ne m'en suis rendu-compte qu'en le préparant- la pauvre bête avait eu le bout des ailes sectionné d'une manière plus que douteuse, et le reste des deux membres, complétement infectés, avait viré au vert ; je pense honnêtement lui avoir rendu service.

Quand au côté sportif et jouissif de tirer sur ces animaux, sans défense, nullement sauvages et de plus atrocement mutilés pour être sûr qu'ils n'aillent pas trop loin, je ne le comprends toujours pas...

Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé


Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut  Message [Page 1 sur 1]

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum